Programme d’intervention contre le phénomène d’érosion


Définition de l’érosion du littoral :
L’érosion du littoral est un phénomène qui se matérialise par la disparition des sédiments et le recul du trait de côte.
Ce recul du trait de côte engendre l’attaque des constructions et des biens publics et privés, ainsi que la dégradation de l’environnement ce qui nécessite donc une lutte efficace contre le phénomène.


Exemple d’érosion du littoral : Recul du trait de côte et attaque de l’esplanade de Nabeul en Tunisie

Les causes de l’érosion du littoral :
Les causes de l’érosion sont à la fois naturelles et anthropiques (causés par l’homme).
Les causes naturelles sont principalement :

  • L’élévation du niveau de la mer dû aux changements climatiques, à la fonte des glaces aux pôles et à l’effet de serre.
  • L’érosion éolienne qui engendre la disparition du stock sédimentaire côtier suite à l’attaque du vent.
  • Les tempêtes exceptionnelles et l’attaque des houles qui engendrent une disparition des sédiments.

Les causes anthropiques :
Les perturbations anthropiques ont pour conséquences la coupure de l’alimentation naturelle des plages en sédiments ce qui explique l’érosion importante dans plusieurs endroits où les constructions n’ont pas été étudié de sorte à respecter la dynamique côtière.
Les actions anthropiques les plus importants sont récapitulées et décrites dans le schéma et les descriptions suivants :

Les bassins versants et les rivières 1, 2, 3 constituent une source importante d’alimentation des plages en sédiments. Les études montrent que 85% des apports en sédiments pour les littoraux proviennent des rivières. Ainsi la construction des barrages conduit à la coupure d’une source importante d’alimentation ce qui a pour cause de contribuer à l’érosion du littoral. De plus, la construction de ports, de digues, d’ouvrages de protection au niveau de la côte peuvent perturber le transit sédimentaire et même le bloquer dans certains cas 4, 5, 6,7.

L’extraction abusive des matériaux des dunes et des embouchures des fleuves, constitue un facteur de déséquilibre. L’extraction du sable pour des besoins de constructions a contribué à la pénurie actuelle de sédiments.

  • La construction au dépend des dunes ou tout simplement l’arasement des dunes bordières. En effet les dunes participent activement au maintien de l’équilibre hydro-sédimentaire des plages et ont un rôle protecteur lorsque les vagues de tempêtes déferlent.
  • La construction en dur près de la mer a des effets néfastes sur le littoral. En fait, lorsque les parois verticales des ouvrages sont attaquées par les houles de tempêtes, les sables sont enlevés et les stocks sédimentaires en sable disparaissent.
  • Les ouvrages de protection en enrochements tels que les brises lames et les épis, implantés sur une côte affectée par un transit littoral prédominant, perturbent l’équilibre des transports sédimentaires. En conséquence, il y a une accrétion à l’amont de ces ouvrages et une érosion à l’aval.


Exemple de brises lames construites à Soliman en Tunisie qui ont causé une érosion au voisinage

  • L’enlèvement de la posidonie ou tout simplement la régression des herbiers sous l’action de la pollution, entraîne des déséquilibres sédimentaires.
  • Les grands travaux portuaires et les ouvrages de protection, perturbent l’équilibre des transports sédimentaires causant alors une érosion dans les zones qui ne sont plus alimentés par l’apport du transit.


Exemple du port de Yasmine Hammamet en Tunisie qui a contribué au blocage du transit

Erosion du littoral en Tunisie :
Etant donné la forte urbanisation du littoral Tunisien, celui-ci est soumis à une érosion de plus en plus menaçante d’origine principalement anthropique. Les phénomènes naturels et l’élévation du niveau de la mer dû aux changements climatiques ont aggravé davantage la situation. D’après un diagnostic réalisé, sur le littoral Tunisien il y a environ cent kilomètres soumis à une érosion nécessitant des interventions.
Face à cette situation deux programmes ont été mis en place pour protéger le littoral Tunisien contre l’érosion côtière :

  1. Programme national pour la protection du littoral Tunisien.
  2. Programme de Protection du Littoral (PPL) financé à 75% par le Gouvernement Fédéral Allemand, et à 25% par la contribution propre Tunisienne.

1. Programme national pour la protection du littoral Tunisien :
Ce programme concerne les sites suivants :

  • Littoral Nord Est de Jerba (9 km).
  • Littoral allant de Gammarth à Carthage (6,5 km).
  • Littoral de Raf Raf (3,5 km).
  • Littoral allant de Kantaoui à Oued El Hmem (3 km).
  • Littoral allant de Carthage à la Goulette (4 km).
  • Littoral allant de Radès à Soliman (11,5 km).

2. Programme de Protection du Littoral (PPL) :
Ce programme se compose de deux phases et concerne seulement la réalisation des travaux de protection. La première phase concerne :

  • Les travaux de protection des îles de Kerkennah contre l’érosion côtière.
  • Les travaux de réhabilitation d’une zone côtière érodée à Raf Raf.
  • Autres mesures urgentes prenant en considération la possibilité d’intervenir à la baie de Monastir.

A souligner qu’en dehors de ces programmes de protection du littoral, l’APAL avait réalisé quelques projets pilotes de protection au moyen de l’implantation de ganivelles pour la stabilisation des dunes, contribuant ainsi au maintien du stock de sable. Cette méthode est une méthode de protection souple et respectueuse de l’environnement. Parmi ces projets, on note :

  • Projet pilote d’implantation des ganivelles à Mahdia.
  • Projet pilote d’implantation des ganivelles à Korba.
  • Projet pilote d’implantation des ganivelles à Tabarka.